W3C: « On ne va pas mettre flash à la retraite de si tôt ».

octobre 7th, 2010 · 1 Comment ·

C’est ce que déclarait hier Philippe Le Hégaret dans InfoWorld.

On apprend également dans l’article que la spécification en elle-même devrait être finalisée courant 2011 et complètement stable d’ici 3 ans. Ceci dit, rien de surprenant, en prenant l’évolution de l’industrie et le chemin qu’il restait à parcourir, je tombais dernièrement sur 2012.

The problem we’re facing right now is there is already a lot of excitement for HTML5, but it’s a little too early to deploy it because we’re running into interoperability issues.

Le W3C a en effet bénéficié d’un buzz considérable de la part des leaders de l’industrie, un standard du W3C avait rarement fait autant de bruit. Dans les derniers mois, HTML5 a  même été utilisé comme un outil marketing, comme un « buzz word », qui justifiait la fermeture de l’appstore aux technologies tierces. Et si vous pensez que Steve Jobs, à la tête d’une des plus grosses capitalisations boursière au monde, se souci de la standardisation du web, vous me feriez bien loler 😉 Le retour à la réalité et au pragmatisme me semble une bonne chose, il reste encore beaucoup de travail pour que ce standard tienne toute ses promesses.

Casimir a coutume de dire que les gens surestiment toujours le changement à court terme et le sous estime à long terme.

Aujourd’hui, ne surestimons pas les capacités d’HTML5 et plus particulièrement l’implémentation des animations vectoriels.
Demain, ne sous estimons pas l’ubiquité d’un standard comme HTML5 et des différentes technologies qui le compose (vidéo, web sémantique, …).

Tags: Uncategorized


1 response so far ↓

  • L’a ben raison le Casimir.
    Comme disait l’autre :  « les gens, c’est nous ou c’est personne ». Alors on pourrait peut-être légèrement modifier et dire que face à une nouvelle technologie les enthousiastes  surestiment toujours le changement à court terme et les sceptiques sous-estiment à long terme.
    Sachant que nous oscillons entre enthousiasme et scepticisme.