Partage, donation et rock’n’roll

janvier 22nd, 2008 · 2 Comments ·

Merci à Miguel Tremblay qui tient le blogue « Hors des lieux communs » qui m’a aidé à traduire le documentaire Steal this film. Notre traduction a été effectuée grâce à la plateforme sociale wiki subtitles, permettant l’édition collaborative de sous titres. Plateforme tout à fait adaptée étant donnée la nature du sujet abordé dans ce documentaire 😉

Pour ceux qui ont manqué mon billet, il est ici.
Pour télécharger les sous-titres, c’est là.

Suite à ce documentaire, dont je partage complètement la philosophie, j’ai eu de nombreuses discussions très constructives ou l’on m’a souvent reproché une critique passive sans l’apport de solutions ou de propositions.
Je vais donc m’essayé à fournir quelques pistes…
Tout d’abord il y a des règles très simples, sociologiques ou de bon sens qu’on ne peut pas omettre. Partons d’un constat simple, on ne veut pas achèter des morceaux qu’on n’écoutera qu’une fois dans notre vie.
Quand on achete un album au prix fort, on se retrouve 2 semaines plus tard à n’écouter que 2 ou 3 chansons sur l’album. Au final nous achetons un produit que nous ne connaissons pas et il est rare de tomber sur « de grands albums » ou 90% des morceaux sont légendaires. Ce que nous voulons c’est avoir la possibilité de découvrir des morceaux pour pouvoir mieux faire notre choix. Et pour découvrir un morceau il faut pouvoir l’écouter entièrement, et donc le télécharger d’une manière ou d’une autre sur son ordinateur, le streaming étant une forme de téléchargement.
A cela s’ajoute les phénomènes sociaux de partage et d’échange mentionnés dans le documentaire et on se rend vite compte qu’un mp3 n’a absolument aucune valeur. Car copiable à coût zéro. Un morceau de musique étant écouté régulièrement la publicité intégrée au mp3 n’est pas un bon model, on met donc cette idée bizarre de côté.

Que reste-t-il alors aux artistes comme solution ?

Tout d’abord les concerts. Pour les artistes en haut de la longue traine, c’est la meilleure source de revenus. En effet, ils ont des fans sur toute la planète et peuvent remplir des stades dans toutes les capitales du monde. Pas de problème pour eux. Madonna en est l’exemple, elle vient de signer une major plus axée concerts et shows live.
Les artistes moins connus (plus bas dans la traine) seront dans de plus petites salles, plus intimistes, avec une communauté plus restreinte de passionnés. On peut imaginer des innovations autour des concerts… Pourquoi ne pas enregistrer la performance live de l’artiste (unique) et vendre cette fois le MP3, ou la vidéo du concert, sur le web. Les gens seront prêt à acheter car ils seront émotionnellement lié au contenu, il évoquera un souvenir, une émotion. Pleins d’autres choses sont à faire au niveau des concerts, des idées ?

L’autre point que je voudrais développer et que je trouve intéressant est le système de donation. Si l’on part du principe que l’artiste partage gratuitement ses créations, l’on peut très bien imaginer qu’il reçoive quelque chose en retour. Il peut soit recevoir à son tour du contenu artistique, son morceau ayant été modifié, croisé, coupé, transformé. L’artiste se satisfait alors de la reconnaissance de ses pairs. Ou alors si vous n’avez pas de tallent particulier, que vous êtes un simple consommateur passager, vous avez la possibilité d’effectuer une donation d’un montant entièrement libre.
Voila à quoi cela pourrait ressembler dans la pratique… Intégré dans votre lecteur mp3 (pc ou mobil) un plugin permettant de marquer très simplement et rapidement les morceaux sur lesquels vous voulez effectuer une donation ultérieure. A la fin du mois vous pouvez consulter une page référençant tous les morceaux marqués. Vous êtes alors dans la mesure d’effectuer une donation d’un seul coup à tous les artistes. Ce système a deux avantages: vous consommez de la musique en fonction de vos moyens car nous n’avons pas tous la même valeur de l’argent. Vous pouvez ainsi donner plus que le traditionnel 1$ pour vos morceaux coup de coeur. La découverte de morceaux reste gratuite.

A mon avis l’âge d’or des grandes stars et du TOP50 est derrière nous. La traine grossit poussée par internet, à nous de trouver les nouveaux modèles pour faire vivre les artistes et les accompagner lors de leur progression vers le sommet de la traine et la gloire.

Tags: Média


2 responses so far ↓

  • Salut Nico!

    Comment puis-je ne pas réagir à un article qui parle de musique? Surtout que tu fais référence à moi (… »nombreuses discussions très constructives ou l’on m’a souvent reproché une critique passive sans l’apport de solutions ou de propositions »…).

    Quelques remarques :
    – « Quand on achete un album au prix fort, on se retrouve 2 semaines plus tard à n’écouter que 2 ou 3 chansons sur l’album.  » C’est faux ! J’écoute toujours mes albums en entier! Je pense que quand on n’écoute que les chansons les plus connues, c’est qu’on n’aime pas réellement l’artiste et son travail. J’ai une sainte horreur des compilations. C’est vachement pas dans l’esprit « longue traine » de dire que t’écoutes majoritairement que les morceaux les plus médiatisés.

    Ensuite, une autre chose m’a choquée :
    … »un mp3 n’a absolument aucune valeur. Car copiable à coût zéro. »… Est-ce le coût de la copie qui fait la valeur du bien ? Dans ce cas, n’ont de valeur que les biens matériels… Que fais-tu de la propriété intellectuelle ? La valeur est conteunue dans la création du bien. Le mp3 n’en est qu’un vecteur de diffusion.

    Concernant ton système de donation: pourquoi pas. Radiohead a su prouver que pour un groupe mondialement connu et respecté, cela peut marcher et être très rentable. Quelques remarques néanmoins.
    Je ne vois pas des gens payer pour de la musique commerciale. Je pense que pour payer et faire une donation, il faut profondément aimer et respecter l’artiste. Accorder une grande valeur à son travail. La musique la plus commerciale n’est à mon avis qu’un consommable, que les gens n’écoutent que parce qu’on leur passe en boucle à la radio, télé et en boîte. Je ne vois pas ce qui pousserait les gens à payer pour ça.

    Je n’ai malheureusement pas une grande fois en la capacité de l’être humain à payer spontannément pour ce qui est gratuit. Les modèles basés sur les donations me semblent trop légers pour permettre de faire vivre des groupes et d’assumer les coûts de production titanesques que nécessitent la préparation d’un album de qualité.

  • « Que fais-tu de la propriété intellectuelle ? » > Je la mets aux chiottes 🙂

    « les gens n’écoutent que parce qu’on leur passe en boucle à la radio, télé et en boîte » > En boite c’est en général justement de la musique non commerciale 😉 Et il arrive même que les DJs mixent des MP3 qu’ils n’ont pas acheté.

    « Je n’ai malheureusement pas une grande fois en la capacité de l’être humain » > Hope my son, it’s all about hope !

    De toute façon, tout devient gratuit, il va bien falloir faire quelque chose.