Ouvert ou vert ? (craquage 2.0)

novembre 7th, 2007 · 4 Comments ·

Comment peut on devenir vert quand Google fait une annonce ? Pourtant Google c’est les gentils, « Don’t be evil » qui disait ! Et là, qu’est ce qu’on apprend, que Google est en réalité un gros méchant qui veut faire du mal à notre super Facebook. Pourtant Facebook c’est super bien, tu peux faire trop de trucs super coool que tu peux même pas faire ailleurs… Tu peux discuter… Tu peux envoyer des photos… Tu peux envoyer des messages à tes copains… Et… Heuu… Tu peux… ENFIN CHANGER DE RESEAU SOCIAL !! (pardon c’est sorti tout seul).

Vous voulez savoir ce qu’ils se sont dit chez Google il y a 1 an quand ils ont vu la progression de Facebook et sa stratégie propriétaire à deux francs?

« Non mais sans blague, au bout d’un moment faut peut être arrêter les conneries ».

Ouai chez Google ils parlent français en réunion, c’est pour se donner un style. Nous aussi on fait ça en France, de temps en temps on calle des mots en anglais (vous en connaissez, moi aussi 😉 Bref, cette phrase que j’ai enregistré chez Google l’an dernier est le point de départ d’une stratégie que je me permets de retracer avec vous:

  1. « Non mais sans blague, au bout d’un moment faut peut être arrêter les conneries »
  2. Deuxième étape: OpenSocial. Avec ce service Google prépare l’ouverture des APIs. Ce qui suit logiquement l’ouverture de l’authentification (OpenID) et l’ouverture du Social Graph (FOAF). La standardisation du web continue mais cette fois sans le W3C. Ce qui est logique puisqu’il s’agit d’une API et non d’une technologie. Par contre si Google utilisait RDF pour le transfert de données, ca serait pas plus mal.
  3. L’étape la plus drôle. Facebook refuse l’offre OpenSocial de Google car Facebook fait preuve d’aucune innovation technologique et ne comprend pas les enjeux de l’ouverture. Voir mon post ici, je vous invite à le relire. D’ailleurs quand j’ai écrit cet article, il y a seulement 1 moi, je suis passé un peu pour un idiot (pour un gros con?) ici.
  4. Google n’a absolument pas peur de Facebook et construit donc son produit OpenSocial sans lui. Il sait grâce à son portail Orkut que le web social est avant tout communautaire et vertical (Son site Orkut est 70% Brésilien). De plus l’ouverture des APIs c’est la fuite des utilisateurs vers des portails plus verticaux, plus spécialisés.
  5. Dernier épisode: Google voit que Microsoft cherche à rentrer au capital de Facebook et fait monter les prix en rentrant dans la négociation mais sans aucune intention de débourser un centime. D’ou cette sur-évaluation à 15 Milliards. Je ne vais pas me moquer de Microsoft, ca ne servirait à rien, d’autres le font beaucoup mieux que moi.
  6. Allez, une hypothèse rigolote: Dans 5 ans, 200 réseaux sociaux sont inscrit dans le programme OpenSocial et Facebook se vide de ses utilisateurs. Ca serait ballot.

Google c’est des mecs à la cool, mais faut pas pousser mémé dans les orties.

En ce qui concerne Android, y’a-t-il un point commun avec OpenSocial ? Bah Aucun.
Ca serait comme comparer dans l’industrie de l’automobile la fabrication du moteur et la vente en agence. Je pousse peut être un peu, mais en gros c’est ça. Le web mobile fait partie intégrante du web 3.0, comment les opérateurs et les fabriquants de téléphone vont-ils s’adapter, je ne connais pas assez ce marché. Google est arrivé après la révolution des systèmes d’exploitation (naissance de windobe) et actuellement se positionne bien pour ne pas rater la révolution des OS mobiles. Ce que je vous accorde c’est que ces deux services sont « ouverts ». Mais bon, au jour d’aujourd’hui l’ouverture n’est clairement pas du domaine de l’innovation. Les linuxiens étaient vraiment des précurseurs! Mince, c’est mon côté Geek qui ressort…

Tags: Facebook · Google · Portail verticaux · W3C · Web 3.0


4 responses so far ↓

  • Merci Nicolas pour ce point de vue plutôt rafraîchissant ! Juste un petit détail, entre les APIs et les technologies la frontière est parfois très mince, surtout quand il s’agit d’une API ouverte et commune à plusieurs acteurs. Prend OpenID par exemple, est-ce une API ou une technologie ? Aujourd’hui OpenSocial est présenté comme une API et c’est l’avenir qui nous dira s’il peut prétendre au statut de technologie.

  • C’est vrai que je n’ai pas été très clair. Pour moi les technologies sont: XML, XHTML, CSS, AJAX, etc…
    Je vois les APIs plutôt comme un ensemble de méthodes et fonctions qui au final pourrait être développé et utilisé avec des technologies différentes.

  • Tout à fait clair, en effet. Point de détail: le refus de facebook provient plutôt de leur stratégie – chercher à avaler l’ensemble des réseaux sociaux. Le paradigme du social graph, qui nie les communautés et les différences d’identité entre réseaux, leur laisse croire qu’un site unique peut répliquer la société.

    Question subsidiare: Zuckerman est-il vraiment naif ou tente-t-il de vendre un belle histoire aux marchés financiers?

  • Heureusement que le Web3.0 n’est pas encore arrivé, parceque qu’est-ce que ça sera le craquage 3.0 ?!
    Planquez-vous ! 😉