Web 2.0 avec un cerveau, qui suis-je ?

octobre 26th, 2007 · 7 Comments ·

Comme je vous l’avais promis, je vais vous parlez le plus régulièrement possible de Twine, et ce n’est pas chose facile !
Radarnetworks a réussi à garder le mystère autour de leur produit pendant de nombreuses années, ils ne sont pas du genre à communiquer à tout va. Je crois qu’ils sont plutôt occupés à améliorer leur produit. De plus je suis effaré par le désintéressement général de ce qui pourrait être la première application Web 3.0. Peu de commentaires sur la blogosphère anglaise et aucun sur la scène française. Je croyais pourtant que techcrunch s’intéressait au web sémantique après leur post sur les microformats ? Suite à la sortie de Twine je n’ai même pas trouvé d’interview de son CEO Nova Spivack. Ah si en voila une, et pas n’importe laquelle ! Comme à son habitude Nova livre sa vision pleine de bon sens et d’humanité, il nous donne même un petit aperçu de sa valeur client. Allez, je suis sport, je vous fais une traduction des points clés:

Suite à une petite question sur l’évolution du web:

Le web sémantique est seulement une pièce de ce que l’on appelle le Web 3.0. Pour moi, le Web 3.0 c’est le mix des statistiques, des langues, des données ouvertes, de l’intelligence de la machine, de la sagesse des foules et des contenus générés par les utilisateurs. Bref, ce n’est pas une technologie spécifique. C’est une convergence qui prendra forme dans une certaine période historique. […]

Nova estime en effet que le Web 3.0 devrait commencer à émerger clairement en 2010. Du coup le journaliste lui demande si nous ne sommes pas déjà sur la voie de la prochaine étape du web. Nova répond que NON ! Il prévoit beaucoup de bruit et de buzz autour du terme web sémantique mais qu’au final personne ne sait vraiment ce que c’est. Il prédit donc un buzz marketing encore plus fort que pour le Web 2.0 et l’AJAX. Ce qui semble logique étant donné que le faussé technologique est beaucoup plus grand. Il faudra donc attendre.
Le journaliste demande alors comment les investisseurs vont-ils faire pour s’y retrouver ? Nova répond:

[…] Comprendre comment tout est lié est très difficile si vous n’avez pas un passé dans l’informatique, la linguistique, les sciences cognitives, la recherche ainsi que les autres domaines que nous utilisons. Si vous ne connaissez rien de ces choses, tout vous semblera comme un joli tour de magie.[…]

C’est vrai que Twine est technologiquement très avancé. Et malgré 1 an passé à Oxford à étudier les technologies web du W3C (dont le web sémantique), je ne pense pas être capable de comprendre 5% de leur algorithme. Il suffit de se pencher sur l’équipe qu’il a constituée pour comprendre le degré d’expertise gravitant autour de ce projet. D’ailleurs Nova déclare dans son article que les sociétés de capital risque le trouvent complètement fou. Mais la folie et la flamme n’est elle pas la première valeur d’un entrepreneur ? Ce qui est sûre, c’est qu’un bon projet est rarement attendu…
J’ai aussi sélectionné le passage suivant:

[…] Ainsi les programmes resteront stupides, mais ils seront capables d’utiliser des données et des connections définies n’importe où pour devenir intelligent. Je pense que cela va réduire les couts pour construire des applications, les maintenir et les intégrer. Cela va les rendre meilleur, et les utilisateurs seront capables de tirer meilleur partie de ces applications. L’idée est de créer un savoir commun composé d’îlots de connaissance développés autour de domaine spécifiques. Ca ne sera pas seulement des données mais aussi des règles et des relations pour les utiliser. […]

Plusieurs remarques sur ce passage. Premièrement, les sites seront bien plus interconnectés afin de devenir plus intelligent. Comment ? Avec des APIs ? Absolument pas, le partage de données c’est justement le coeur du web sémantique. Il déclare également que le web sémantique devrait réduire les couts des applications web ? (Encore ?!). Et enfin il prédit que ce sont de multiples sources de connaissances spécialisées qui créeront la vraie valeur du nouveau web. Je suis persuadé que les portails verticaux ont un rôle à jouer très important.
On continue avec un passage contenant le terme « finance », ce qui est rarement abordé quand on parle de web sémantique:

[…] Finalement, la chose dont j’ai toujours rêvé et voulu créer est entrain de prendre forme avec Twine. C’est l’outil que je veux, et c’est l’outil que veulent les gens que je connais. Pour expliquer ce que fait Twine en terme économique, il réduit le cout des transactions. Pas les transactions financières. Ca peut être n’importe quoi, pour tout type de transaction il existe un cout initial dit de « découverte ». Ce cout est tout à fait improductif, il y a donc la place pour de nouveaux business réduisant ce cout de découverte. C’est ce que fait eBay entre les acheteurs et les vendeurs, ou ce que Google fait entre ceux qui recherchent et ceux qui présentent leur publicité. Pour Twine, la première chose qui nous intéressait était de travailler autour de la connaissance, car cela représente n’importe quel type d’information. Mais cela pourrait être quelque chose d’autre, comme la découverte de produits. […]

Positionnement logique. Comme le répète souvent Maximilien Brabec, nous vivons dans des sociétés ou le temps est un bien précieux, celui qui saura faire gagner du temps à ses clients a toutes les clés pour réussir. Et vous, quel est votre dernière expérience utilisateur en terme de recherche sur le web? L’algorithme de Google, le fameux pagerank, est pertinent mais améliorable. En effet il y a de plus en plus de pages, et donc de « bruit », dans les résultats de Google et personne ne supporte une recherche au delà de la première page (des 3 premiers résultats ?).
Nova conclue l’interview en redonnant la différence entre le web 2.0 et le web 3.0:

[…] Le résultat sera seulement meilleur. Vous voyez les choses que nous avons faites avec les wikis, je pense que nous pouvons faire mieux. Les choses que nous avons faites avec les tags, nous pouvons faire mieux. Par égard à Tim O’Reilly, je voudrais le remercier pour avoir défini le Web 2.0 et l’avoir expliqué au monde. Le Web 3.0 ne remplacera pas les idées du Web 2.0. C’est uniquement un travail technique pour les rendre plus intelligentes. […] Vous pouvez vous représenter cela comme le Web 3.0, ou le web sémantique, ou n’importe quoi d’autre. J’insiste, c’est seulement le Web 2.0 avec un cerveau. C’est une révolution autour des données, les rendant plus intelligentes. Pourquoi les gens ont senti quelque chose de différent avec le Web 2.0 ? Il y avait une meilleur interface utilisateur, une intégration du contenu généré par les utilisateurs, le tagging et pleins de fonctionnalités sociales. Tout est une question de réseaux sociaux, d’applications, de programmes. En d’autres mots, du web social. Ce qui sera différent avec le Web 3.0 c’est que le web deviendra intelligent. Vous allez voir des applications intelligentes qui seront toujours aussi sociales. C’est ça le grand changement, et c’est là que la valeur sera.

Beaucoup de boulo et d’informations à digérer ces derniers jours, mais promis, mon prochain billet sera le second volet de ma démystification sur les technologies du web sémantique (RDF & OWL).

Autre information, j’ai décidé de créer ma blogroll. Ce ne sont pas tous les sites que je consulte mais une petite sélection des sites que j’apprécie et qui ne sont pas forcement aussi connu que celui de Loic Lemeur.

Tags: Portail verticaux · Twine · Web 2.0 · Web 3.0 · Web Sémantique


7 responses so far ↓

  • Bonsoir,

    je viens de découvrir votre site et je vais le suivre avec intérêt.
    Merci de ces diverses introduction au web sémantique et à ses attraits (même si c’est pas forcément évident d’aller se palucher les algo qui tournent derrière ^^ »)

  • […] Twine, les débuts du web 3.0 ? (W3F) […]

  • […] ceux qui n’ont pas lu cet article et celui ci, Twine est un service web vous aidant à manager vos informations ou les informations appartenant […]

  • […] réfléchissant à l’un ou l’autre des commentaires d’un précédent billet, aux pistes techniques nouvelles, je rêve des formes que pourrait prendre une édition participative et […]

  • […] Ou en sommes nous à l’heure actuelle ? A la différence de SVG et SMIL, RDF et OWL ne sont pas dépendant d’une technologie tierce (comme un browser), tout est déjà là. Les technologies sont matures et les premières applications commencent à naitre. Pour l’instant RDF et OWL sont principalement utilisés dans les domaines de haute technologie et tout particulièrement dans le monde des sciences médicales (recherches, médicaments, etc.). Les ontologies sont extrêmement appréciées dans les systèmes d’information ayant une logique métier complexe. Pour ce qui est du Web, les choses avancent plus doucement. Le web utilise majoritairement l’XHTML pour diffuser du contenu, même si aujourd’hui une partie de cette information est échangée avec d’autres formats comme RSS ou SOAP. Il y a donc deux possibilités d’utilisation pour RDF. La première est la création de fichiers RDFs complémentaires aux pages webs ou alors d’embarquer directement RDF dans les pages XHTML, on parle alors d’RDFa (ambed RDF), standardisé il y a peu par le W3C. Dans tous les cas les fichiers OWL restent indépendants. Voici quelques sites utilisant RDF et qu’il faudra suivre de près: Freebase (sorte de wikipedia sémantisé), Powerset (moteur de recherche), TrueKnowledge (moteur de recherche) et bien sûre Twine (sémantisation de vos données personnelles). […]

  • […] de données sémantisées. Mais des sociétés comme Twine ou dbpedia vont justement permettre de créer les premières bases de données sémantiques grâce auxquelles il sera possible de développer les outils de recherche de demain. Une recherche […]

  • […] Twine continue de passer inaperçu en France. Quel dommage quand on considère non seulement la révolution technologique qu’ils […]