Web sémantique : bilan 2008 avec the Gang

janvier 19th, 2009 · 1 Comment ·

En novembre dernier le Semantic Web Gang (lol, je me lasse pas du nom) interviewait pendant plus d’une heure Nova Spivack, CEO de Twine (screencast). Dernièrement la fine équipe a fait le point sur une année de web sémantique. En cadeau une interview de Alex Iskold, CEO de Adaptive Blue (screencast), qui est aussi le monsieur web sémantique de RWW.

Après avoir écouté de manière très concentrée leur discussion de 1h (pile poil mon trajet RER), je vous propose une liste de points clés que j’ai trouvées intéressant :

  • 2008 aura été l’année du «semantic web». Une année tout d’abord médiatique, j’en parlais sur techcrunch il y a quelques temps. On parle du web sémantique, enfin!

  • 2008 n’aura pas été l’année des «semantic web technologies». Les technologies du W3C sont encore en mutations et bien peu d’entreprise «web sémantique» sont bâties sur des dataset RDF. Alex Iskold, porte parole influent du web sémantique déclare ne pas utiliser une once de RDF dans AdaptiveBlue (ça la fou mal).

  • 2008 aura été l’année du projet «linkedData», des services partageant leurs données grâces au format du web sémantique. Consensus des participants: c’est le vrai visage du web sémantique.

  • Confirmation du positionnement que j’avais pris, le web sémantique doit d’abord faire ses preuves en tant que format d’échange universel avant d’être un outil de reasoning.

  • Petite parenthèse sur AdaptiveBlue, je trouvais très intéressante le constat d’Iskold: les utilisateurs se fichent de savoir sur quel site ils ont consulté une information, ce qui importe c’est que cette information soit clairement identifiée. Que cela soit sur imdb ou sur movies.yahoo.com, je veux savoir ce que mes amis pensent du film que je planifie de voir. En reconnaissant la nature et l’identité d’une information, AdaptiveBlue est capable d’effectuer ce travail de synthèse.

  • Les participants de ce talk étaient également d’accord pour dire que le buzz autour du web sémantique ne suffisait pas à crée un service web. Qu’il fallait bien entendu apporter une vraie valeur, un vrai bénéfice, que cela soit issu directement du web sémantique, ou non. On appliquera facilement ce constat à Twine, startup la plus hype du web sémantique.

En ce début d’année 2009, je suis d’ailleurs très heureux de voir que de plus en plus de lecteurs suivent ce blog et se passionnent pour ce web sémantique qui n’a pas fini de nous surprendre.

Tags: Linking Open Data · RDF · Twine · W3C · Web Sémantique


1 response so far ↓

  • Je suis d’accord sur le fait que l’utilisateur veut avant tout un service. Créer un produit et dire que c’est un produit qui utilise les technologies du web sémantique ne suffit pas.